Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est un souvenir vécu à travers un film. Une émotion forte. Comme si je l'avais vécu moi-même. Le son de ces pigeons sous les toits.

 

Et aussi comme un murmure ensommeillé. Le murmure de l'amour-même. Cela, je le vis, je le vis encore à l'aube ou au crépuscule. C'est toi, tu orientes mes rêves. Personne d'autre ne m'a jamais parlé de forêt, ne m'a jamais autant souhaité de ne plus jamais pleurer. Je t'aime, aussi de m'aimer ainsi, et je me dis : pourquoi aimer quelqu'un et pourquoi partager ses jours et ses nuits si ce n'est pour vivre dans ses murmures ?

 

 

 

 

You can sleep. Sleep in my arms.
Like a baby bird.
Like a broom among brooms...
in a broom closet.
Like a tiny parrot.
Like a whistle.
Like a little song.
A song sung by a forest...
within a forest...
a thousand years ago.

 

 

Souvenirs vécus ou non se mêlent avec un présent non moins fort, où absence et présence, vides et pleins, se lient et s'entremêlent, où joies profondes succèdent à des mélancolies inexpliquées.

 

 

“C’était le vertige. Un étourdissant, un insurmontable désir de tomber. Je pourrais dire qu’avoir le vertige c’est être ivre de sa propre faiblesse. On a conscience de sa faiblesse et on ne veut pas lui résister, mais s’y abandonner. On se soûle de sa propre faiblesse, on veut être plus faible encore, on veut s’écrouler en pleine rue aux yeux de tous, on veut être à terre, encore plus bas que terre. “

Milan Kundera, In L’insoutenable légèreté de l’être, 1984

 

INSOUTENABLE-LEGERETE-DE-LETRE-PHOTO11-copie-1.jpg

 

Tu m'avais offert un Praktica dans une boutique de Bucarest, que je désirais rien que pour cette image. Nous l'avons toujours. Il reste dans une boîte parce qu'il est cassé. Il est là sous le lit. C'est un souvenir.

Nous le vivons, jours après nuits.

 


Tag(s) : #vaguelettes