Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Durant un long trajet en train, écouter plusieurs sortes de musiques via ses écouteurs, et constater que seul Bach donne la délicieuse impression d'être dans un film tout en regardant le paysage défiler.

S'installer à son siège près de la fenêtre du train, s'apprêter à se délecter de rêveries tout en regardant le paysage, et être blessée par l'abaissement soudain du store par le voyageur de derrière - qui ne m'a rien demandé.

Se répéter : je ferais mieux de travailler, avec tout ce temps devant moi. Se remémorer ces auteurs qui disent : ah, j'ai bien avancé dans le train. Les envier trois petits secondes. Puis savourer le moment.

Lire plus longtemps qu'on n'avait jamais pu lire depuis une éternité.

Se demander les raisons qui ont poussé ces gens à marcher sur la voie de chemin de fer, causant un retard de 20 minutes ( suicide, meurtre, inconscience, pari, promenade ?)

Observer. Quel livre lit cet homme ? Attendre le moment où il va enfin lever les bras, afin que je puisse discerner la couverture et le titre. A quoi pense cette femme ? Quel SMS écrit celui-ci, et à qui, son amoureuse, sa soeur, sa mère, son copain ? Combien sont heureux, profondément, dans ce wagon ? Combien ont le coeur qui saigne ?

Penser aux disparus, encore, c'est toujours pendant les trajets, d'un point A à un point B, dans ces bulles, hors du temps, en exil, les rejoindre dans cet espace suspendu.

Regarder l'heure sur le téléphone.

Se plonger dans l'atmosphère du roman qu'on a en cours, seulement s'y plonger, et laisser venir les images, sans évènement précis.

Soudain être arrivée. Quelqu'un m'attend, souvent avec une pancarte. Souvent, étrangement, il pleut. Quitter un monde, quitter une bulle, parler. Etre là. Devoir être là durant 2 ou 3 jours, complètement là. Changer de territoire.

en train